La direction du travail programmatique

Jacques Généreuxjacques_genereux_jlm_2017.jpg

Jacques Généreux est maître de conférences et professeur en sciences économiques à Sciences Po.  depuis 1983. Économiste du travail.

Lire la suite

à l’origine, il soutient sa thèse de doctorat sur les mécanismes d’ajustements du marché du travail aux chocs conjoncturels. Il mène diverses recherches sur l’analyse économique des syndicats, du Smic, de la flexibilité du travail (cf. notamment, « La rigidité des salaires : un concept ambigu ou inutile ? » Revue Française d'Economie, vol. II, n° 1, 1987).
Posant le diagnostic que la persistance du chômage ne tient ni au défaut de connaissance des solutions, ni au manque d’instruments pour les mettre en œuvre, il réoriente son travail vers la défaillance des règles du jeu politique qui bloque la mise en œuvre de politiques efficaces et conformes à l’intérêt commun (L'économie politique. Analyse économique des choix publics et de la vie politique. Larousse, 1996). Il en vient naturellement à s’interroger sur la crise de la démocratie (« Refonder la politique », Une certaine idée, n°8, octobre-décembre 2000.) et engage, en 1998, la rédaction d’un ouvrage sur une refondation rationnelle des institutions démocratiques. Au fil de cette recherche, il en vient à resituer la crise du politique dans une crise de la civilisation moderne, individualiste, productiviste et capitaliste. Les sciences économiques et politiques ne suffisant pas à embrasser un tel sujet, il va puiser aux ressources de toutes les sciences de l’homme. Au bout de huit ans, en 2006, il publie La Dissociété, le premier opus de sa trilogie A la recherche du progrès humain (Points-Seuil, 3 vol.), qui tente de proposer une refondation anthropologique de la philosophie politique et de l’économie, c’est-à-dire un discours actualisé à la lumière de l’état contemporain des connaissances sur le développement des êtres humains et des sociétés humaines (les deux vol. suivants sont L’Autre société et La Grande Régression). 

C’est par ailleurs un pédagogue reconnu, auteur de manuels d’économie politique et d’ouvrages d’initiation qui sont devenus des classiques réimprimés  tous les ans depuis plus de 20 ans (Economie Politique, 3 vol. 1990,  Introduction à l’économie, 1992, Introduction à la politique économique, 1993). En 2015, il a publié Jacques Généreux explique l’économie à tout le monde.

Economiste hétérodoxe, promoteur des biens publics et d’un progrès fondé sur la qualité des liens plutôt que l’accumulation des biens, il s’est employé à rendre accessible une critique scientifique de la pensée néolibérale dominante, à travers ses ouvrages (Les Vraies lois de l’économie, Seuil, 2001-2002, Chroniques d’un autre monde, Seuil, 2003. Nous on peut. Manuel anti crise à l’usage du citoyen, Points, 2012), ses chroniques dans Alternatives économiques et la célèbre émission qu’il a créée sur France culture (« L’économie en questions »), avant d’en être évincé après le retour de la droite en 2002. Il lança aussi l’une des premières initiatives pour tenter de mobiliser les économistes en rupture avec le mainstream (« Manifeste pour l’économie humaine », Esprit, 2000, soutenu par plus de 300 économistes dans une trentaine de pays).

Militant dans l’aile gauche PS (membre du Conseil national de 2003 à 2008), il y a longtemps combattu la dérive centriste. En 2005, il fait un tour de France du « non socialiste » au traité constitutionnel européen et publie l’un des argumentaires best-sellers du non de gauche pro-européen : Manuel critique du parfait Européen. Les bonnes raisons de dire non à la Constitution. Après le Congrès de Reims (nov.2008), constatant la marginalisation définitive de l’aile gauche du PS, il suit Jean-Luc Mélenchon pour fonder le Parti de Gauche, dont il est le secrétaire national à l’économie jusqu’en 2013.

Charlotte Girardcharlotte_girard_jlm_2017.jpg

Charlotte Girard est maîtresse de conférences en droit public, habilitée à diriger des recherches à l'Université de Paris Ouest Nanterre - La Défense.
Lire la suite

Charlotte Girard est spécialiste de droit constitutionnel et de théorie du droit. Elle enseigne notamment le droit constitutionnel de la Ve République et la théorie constitutionnelle depuis une dizaine d'années. Après une thèse de théorie du droit qu'elle a élaborée entre la France et l'Angleterre (Du fondement du droit aux droits fondamentaux, Publications de la Sorbonne, 2010), ses travaux se sont portés sur la question des droits fondamentaux en temps de crise (L'hypothèse de la circulation des normes de lutte contre le terrorisme, Bruylant, 2012) et l'épistémologie du droit comparé, ce qui l'a conduite à tenir des séminaires en théorie des droits fondamentaux, contentieux constitutionnel comparé et méthodologie du droit comparé, entre autres.

Elle est membre d'un groupe de recherche juridique sur le genre qui l'a menée à se spécialiser dans le fonctionnement juridique de la parité, notamment dans les institutions politiques, et qui l'a qualifiée pour devenir membre associée de la commission Parité du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Charlotte Girard s'intéresse également aux questions pédagogiques et expérimente un enseignement clinique du droit en co-animant le programme d'Enseignement Universitaire CLInique du Droit de Nanterre (EUCLID) caractérisé par une approche originale à la fois critique et engagée sur le plan de la responsabilité sociale de l'Université.

Ses compétences reconnues au plan académique ne sauraient servir d'arguments d'autorité pour imposer un choix politique. Elles sont toutefois mises au service de la délibération politique dans le cadre d'une campagne qui n'a pas vocation à empiéter sur le champ scientifique et professionnel dans lequel cette universitaire évolue par ailleurs.

Coordination générale

Clémence Movire, 25 ans, Paris Étudiante en science politique et en écologie à Paris, Clémence Movire s’intéresse aux inégalités sociales et environnementales. Militante féministe, elle est engagée en faveur d’une 6ème République.
clemence movire
Boris Bilia, 31 ans, Paris Statisticien, docteur en économie, Boris Bilia a co-écrit deux ouvrages édités aux éditions Bruno Leprince Manifeste pour une révolution fiscale : 50 propositions pour un impôt juste et lisible (2013) et Osons le protectionnisme : une urgence sociale et écologique (2014). En charge du chiffrage du programme lors de la campagne de 2012, il a coordonné les contre-budgets du PG en 2012 et 2013.
boris_bilia.jpg

Convoquer l'assemblée constituante et passer à la 6e République

Lise Maillard, 24 ans, Toulouse. Après deux années de classe préparatoire littéraire à Strasbourg, Lise Maillard est aujourd'hui étudiante en droit public et en sociologie politique. Elle milite pour une Assemblée Constituante et une 6èmeRépublique démocratique, écologique et sociale.
lise
Mathieu Dupas, 37 ans, Paris. Mathieu Dupas est doctorant en droit constitutionnel et ancien enseignant en droit parlementaire. Militant républicain et laïque, engagé contre la monarchie présidentielle et les nouveaux féodalismes, il est l’auteur du manuel citoyen La 6e République et son assemblée constituante : Pourquoi ? Comment ? (Bruno Leprince, 2014).
matthieu dupas

Partager les richesses

 Amandine Langlois, 32 ans. Amandine Langlois est docteure en droit. Elle a réalisé une thèse sur l'action syndicale et le contentieux transnational des droits des travailleurs à l'Université de Rouen. Elle est aujourd'hui chargée du suivi du dialogue social au sein d'une collectivité territoriale.
amandine langlois
Antoine Créon. Normalien et agrégé de sciences économiques et sociales, Antoine Créon est aujourd'hui doctorant en économie et l'enseigne en région parisienne à de futurs enseignants.

Engager la planification écologique

Romain Dureau, 21 ans, Clermont-Ferrand. Romain Dureau est élève ingénieur agronome. Il est engagé pour une transition écologique et sociale de notre système agricole et alimentaire.
romain dureau
Anne Sampognaro, 33 ans, Paris. Anne Sampognaro est ingénieure agronome et spécialiste des questions environnementales. Elle est investie dans son métier et engagée dans la vie associative sur les questions de changement de modèle agricole et de transition écologique.
anne sampognaro

Sortir des traités européens

Hadrien Toucel, 24 ans, Paris. Lycéen engagé dans la lutte contre le Contrat Première Embauche en 2006 puis syndicaliste étudiant, il lutte contre la mise en concurrence des universités, les barrières financières à leur accès et la marchandisation des contenus d'enseignement. Ancien assistant parlementaire au sein de la Commission des Affaires européennes du Bundestag (Parlement allemand) durant une année et diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, il est aujourd'hui doctorant en sociologie. Il contribue aux travaux autour d'un Plan B en Europe, afin de proposer une alternative sérieuse aux traités européens.
hadrien toucel
Sophie Rauszer, 29 ans, Strasbourg. Sophie Rauszer s’est engagée dès 2003 contre l’intervention américaine en Irak et pendant la campagne du Non au Traité Constitutionnel Européen de 2005. Elle travaille aujourd'hui au groupe parlementaire de la Gauche Unitaire Européenne du Parlement européen où elle suit plus particulièrement la politique étrangère de l’Union européenne. Sophie souhaite aujourd'hui s’engager pour développer l’idée d’un Plan B, alliant décisions unilatérales pour le respect de la souveraineté du peuple français et refondation de la coopération européenne.
sophie rauzer

Restaurer l'indépendance de la France pour la paix

Arnaud Apffel, 28 ans, Paris. Après une enfance passée en Afrique et en Asie, il est aujourd'hui fonctionnaire dans le domaine de la justice à Paris. Diplômé de Sciences Po et de l’ENA, il a aussi étudié la philosophie et le chinois.
arnaud apffel
Amélie Benoit, 26 ans, Paris. Diplômée de Sciences Po ayant vécu au Moyen Orient et aux États-Unis, Amélie Benoit enseigne aujourd'hui la science politique et les relations internationales.
amelie benoit

Choisir l'objectif du progrès humain

Charles Plantade, 38 ans, Paris Charles Plantade est diplômé d'HEC, de Sciences Po Paris et de l'ENA. Fonctionnaire, il travaille actuellement dans les politiques publiques culturelles.
charles plantade
Raphaëlle Temios, 29 ans, Normalienne et agrégée de Sciences et Vie de la Terre et de l'Univers et actuellement Maître de Conférences, Raphaëlle Temios est impliquée dans les questions d'enseignement supérieur et de recherche.
raphaelle temios
Antoine Prat, Paris. Normalien et doctorant en sciences sociales et en science politique, Antoine Prat enseigne à l'université.
antoine prat

Porter la France aux frontières de l'humanité

Antoine Salles Papou, 22 ans, Issy-les-Moulineaux. Étudiant en master de stratégies urbaines à Sciences Po, Antoine Salles Papou travaille dans une association sur les thématiques de droit au logement. Engagé pour la justice sociale et la démocratie, il s’engage notamment dans la vie politique de son université.
antoine salles papou
Enora Naour, 23 ans, Paris. Originaire de Bretagne, Enora Naour vit maintenant à Paris où elle termine un master en affaires publiques à l’Institut d’Etudes Politiques où elle s’est d’abord consacrée au syndicalisme étudiant. Elle prépare les concours de la haute fonction publique.
enora naour