Depuis quelques mois, la France insoumise a été sollicitée par de nombreux collectifs  pour détailler sa vision de la société de demain et ses positions concernant les grands débats d’éthique. Jacques Généreux et Charlotte Girard ont signé des réponses spécifiques à chacune des interpellations de ces collectifs soulignant les points centraux de notre programme, l’Avenir en commun.

Dans l’ensemble, nous souhaitons la pleine émancipation de chacun·e, quels que soient son sexe,  son orientation sexuelle,  son identité de genre,  son âge,  sa condition sociale,  son origine. Nous défendons avec intransigeance l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’association C.L.A.R.A. (Comité de soutien pour la Légalisation de la Gestation Pour Autrui et l’Aide à la Reproduction Assistée) nous a interrogé sur les techniques de luttes contre l’infertilité.. La France Insoumise est favorable, de façon générale, à la recherche médicale, dans le respect de la dignité et du bien-être des personnes, dans un cadre garantissant l’indépendance et la non-vénalité de la recherche, ainsi que le primat de la science sur les croyances ou les préjugés. Dans ce cadre, il n’y a pas d’objection de principe à la recherche sur la greffe d’organes sexuels dans des conditions et avec des garanties identiques à celles existantes pour d’autres organes non-vitaux.  C’est également ce que nous répondons au Collectif pour le respect de la personne, à la Coordination lesbienne en France, à l’Association Nationale des Centres d’IVG et de Contraception et à la Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception.

Nous refusons  la gestation pour autrui (GPA).

Dans le cadre de la campagne, Jean-Luc Mélenchon a déjà eu l’occasion d’évoquer les troubles de fertilité provoqués par les perturbateurs endocriniens. Une communication régulière de santé publique sur la fertilité est plus qu’utile : elle est nécessaire et s’inscrit parfaitement dans la perspective de transition écologique que nous proposons.

Les Associations Familiales Catholiques ainsi que la Fédération Nationale de la Médaille de la Famille nous ont demandé d’éclaircir nos positions concernant la Famille. Nous avons détaillé certaines de nos positions :

  • Mettre fin à l’application automatique d’un quotient conjugal, système patriarcal favorisant les inégalités salariales entre les femmes et les hommes et remplacer l’injuste quotient familial fiscal actuel par un crédit d’impôt par enfant.
  • Le versement d’une allocation dès le premier enfant.
  • Ouvrir 500 000 places en crèches et modes de garde adaptés sur cinq ans.

Sur le thème de l’égalité Homme-Femme, L’Association Stop aux Violences Sexuelles et Education et Libération nous demandent d’éclairer notre positionnement. La libre disposition de soi, de son corps, de sa vie, la défense de la dignité humaine de chacune et de chacun sont au cœur du projet d’émancipation que propose La France Insoumise. C’est pourquoi, bien évidemment, nous voulons combattre, par tous les moyens possibles, les violences sexuelles. Nous renforceront les lois et les moyens humains et financiers pour lutter contre les violences faites aux femmes. Entre autre, nous comptons adopter une loi de lutte contre le sexisme et proposons l’abolition de la prostitution. Le journal Femme Majuscule nous a interrogé spécifiquement sur les femmes de plus de 50 ans.

Pour assurer une égalité de fait entre les sexes, nous voulons imposer l’égalité de conditions dans les institutions politiques, administratives, économiques, syndicales et associatives. Dans le privé, nous augmenterons les sanctions financières et pénales contre les entreprises qui ne respectent pas cette égalité, pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’accès aux marchés publics. Nous lutterons contre le temps partiel contraint qui touche 80% des femmes et nous favoriserons des congés parentaux de durée identique entre les parents. C’est ce que nous répondons au Conseil National des femmes françaises.

l’Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens nous a transmis un questionnaire sur les familles homoparentales, intitulé « Pour mettre fin aux discriminations que subissent les familles homoparentales et faire progresser les droits de toutes les familles ». Face aux inégalités de présomption de parenté dans le mariage et de déclaration de parenté dans le mariage, nous voulons instaurer l’égalité entre couples hétéro et homosexuels. Sur ce thème de la famille et surtout du divorce, les collectifs Egalité parentale, J’aime mes deux parents, Jamais sans Papa, et Le Parti des enfants du monde nous ont fait par de leur constat, que nous ne partageons pas du tout. Pour prolonger, le collectif Flag ! nous a soumis un certain nombre de questions ayant trait à la lutte contre toutes les formes d’exclusion, de discrimination, de sexisme et d’injustice fondées sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et/ou l’état de santé.

La Fédération Nationale des Directeurs et Cadres Supérieurs nous a interrogé sur le concept de loyauté, de courage, d’exemplarité et d’engagement en politique et dans l’entreprise. Si le pouvoir public n’intervient pas dans le domaine des valeurs morales individuelles, nous avons besoin de moraliser la société pour garantir sa cohésion. Ainsi, dans l’entreprise, la transparence, l’échelle des salaires, la reconnaissance de toutes les maladies professionnelles (burn out…) etc. sont une traduction politique de ces valeurs.

Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens nous interpellent sur la notion de « bien commun », ainsi que sur « l’humanité, l’éthique et la religion ». C’est l’occasion d’une réponse assez transversale sur notre projet. Le Pape François a même été cité car nous partageons son constat : le système capitaliste actuel met en danger l’espèce humaine, voire toute forme de vie, du fait de son productivisme effréné.

Le Grand Orient de France nous interroge quant à lui sur la laïcité, entre autres. Nous maintiendrons strictement la loi du 9 décembre 1905 telle qu’actuellement formulée. Nous appliquerons avec la plus grande fermeté l’interdiction de toute subvention au culte. La question de son inscription dans la Constitution pourra être débattue par l’Assemblée constituante. Cette dernière, composée de membres élus et tirés au sort, aura pour mission de rédiger la Constitution pour la 6ème République que nous appelons de nos voeux.

Le Collectif On meurt mal en France nous interroge sur la question du suicide assisté. Nous proposons d’inscrire dans la Constitution le « droit de disposer de soi, d’éteindre la lumière » c’est-à-dire le droit au suicide assisté.

Les livrets Droits nouveaux/LGBTI  et Lutte contre les discriminations détaillent ces points.

Les documents de nos réponses spécifiques sont disponibles ci-dessous.

Stop aux Violences Sexuelles

Education et Libération

Collectif pour le respect de la personne, Coordination lesbienne en France, Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception

C.L.A.R.A.

Association Nationale des Centres d’IVG et de Contraception

Egalité parentale, J’aime mes deux parents, Jamais sans Papa, et Le Parti des enfants du monde

Associations Familiales Catholiques

Fédération Nationale de la Médaille de la Famille

Fédération Nationale des Directeurs et Cadres Supérieurs

Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens

joural Femme Majuscule

Conseil National des femmes françaises

Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens

Collectif On meurt mal en France

Flag!

Grand Orient de France