Depuis quelques mois, la France insoumise a été sollicitée par de nombreux collectifs pour détailler sa vision concernant les politiques de lutte contre la pauvreté et de solidarité. Jacques Généreux et Charlotte Girard ont signé des réponses spécifiques à chacune des interpellations de ces collectifs soulignant les points centraux de notre programme, l’Avenir en commun.

La solidarité, à l’échelle nationale, à la fois au travers d’un plus juste partage des richesses et une attention portée à chacune et chacun est essentielle pour nous. Comme nous l’expliquons au Secours catholique, la Fédération des acteurs de la solidarité et au Restaurants du coeur, la lutte contre la pauvreté passe par le juste partage des richesses, la « définanciarisation » de l’économie réelle, la lutte contre l’évasion fiscale et la mise en place d’un système d’imposition réellement progressif

La Fédération Nationale Associative pour l’Accueil, le collectif Hors la rue, France Terre d’Asile, le Forum Réfugiés, Le Réseau éducation sans frontières et la Réinsertion Sociale nous ont notamment interrogé sur notre politique en matière migratoire. Nous proposons de lutter contre les causes des migrations, dans le même temps que l’on organise l’accueil digne des populations qui arrivent, contraintes par la situation invivable dans leur pays. Nous avons également exposé quelques mesures, parmi lesquelles :

  • Mettre fin aux accords commerciaux inégaux qui déstabilisent des pays entiers, détruisent les agricultures locales et empêchent le codéveloppement.
  • Tenir enfin l’objectif de consacrer 0,7% du revenu National brut au budget de l’aide publique au développement.
  • Arrêter les guerres par une diplomatie active et indépendante au service de la paix.
  • Agir contre le dérèglement climatique par des transferts de technologies et l’aide financière et matérielle à la transition dans les pays les plus vulnérables.
  • Renforcer les moyens civils de sauvetage en mer Méditerranée pouréviter les milliers de noyés.
  • Construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays de départ le permet.
  • Construire des camps d’accueil aux normes internationales pour proposer aux migrants des conditions dignes et des centres d’accueil des demandeurs d’asile pour les héberger le temps de l’analyse de leur demande d’asile.
  • Réaffirmer et faire vivre le droit d’asile sur le territoire de la République, accueillir les réfugiés qui en relèvent grâce à une administration adaptée à cette mission.

Pour prévenir les causes des migrations économiques, il faut prioritairement lutter contre ce qui ruine les économies locales : la finance. L’ONG ONE nous interroge dans le détaille sur cette thématique.  Cela passe par une remise en cause de la dette des pays du Sud, une refonte des règles commerciales ainsi qu’une politique efficace de codéveloppement.  En complément de ces mesures fortes, nous créerons un tribunal international de justice économique (point 58 de l’Avenir en commun) qui sera chargé de juger les crimes financiers transnationaux (évasion fiscale internationale, spéculation, corruption).

L’ONG Human Rights Watch  ainsi que Amnesty International France nous interrogent sur la thématique de l’universalité des droits de l’Homme, à laquelle nous somme particulièrement attachés. Nous nous engageons aussi à réaffirmer le droit d’asile et à le faire vivre sur le territoire de la République, ce grâce à une administration qui dispose des moyens suffisants pour assurer pleinement toutes ses missions dans le respect des droits des demandeurs. La premiére nous a ensuite interrogé sur différentes questions internationales : UE, Russie, Syrie, Arabie Saoudite… et la seconde sur nos rapport à la vente d’arme, aux multinationales, etc.

Les livrets Migrations et le livret Géopolitique et Défense détaillent ces sujets.

 Les documents de nos réponses spécifiques sont disponibles ci-dessous.

 

Secours catholique

Restaurants du coeur

La Fédération Nationale Associative pour l’Accueil et la Réinsertion Sociale

Fédération des acteurs de la solidarité

Les jours heureux

ONE

Human Rights Watch

Amnesty International France

Le Réseau éducation sans frontières

France Terre d’Asile

Forum Réfugiés

Hors la Rue