Interpellation des listes aux élections européennes par différents collectifs sur des questions liées à l’éducation et à la formation et les réponses de la liste La France insoumise pour les élections européennes 2019.

1/ Rémunération :

Le niveau de la rémunération des enseignants de l’éducation nationale conduit à une paupérisation inacceptable. Elle s’explique par une austérité permanente, qui s’est traduite pour les enseignants de l’éducation nationale par un gel quasi-permanent du point d’indice depuis 2010.

Cela dégrade la situation des enseignants déjà en poste, mais pose également des problèmes de
recrutement. Il y a une baisse significative des candidatures à des postes qui ne sont plus du tout attractifs.

En somme le niveau de rémunération nuit à la qualité de l’enseignement public.

2/ Statuts :

Nous sommes défavorables à ces mesures de baisse des effectifs. Nous avions l’objectif de recruter 60.000 enseignants pendant le quinquennat pour faire face à l’augmentation du nombre d’élèves dans le premier degré, et pour permettre une diminution du nombre d’élèves par classe, garantie d’une bonne transmission des savoirs.

Nous pensons que l’éducation est une fonction essentielle de l’État en France. En effet, nous assignons à l’éducation nationale un rôle de formation des citoyens. De plus elle a un rôle important à jouer dans la montée en niveau des qualifications nécessaire pour pouvoir conduire la transition écologique.

Dans cette perspective il est nécessaire que le professeur demeure un fonctionnaire d’État. Nous combattons le recrutement des contractuels pour assurer les fonctions normales d’enseignement. Nous proposons donc la titularisation et la formation de tous les contractuels qui le souhaitent

3/ Statuts 2 :

Nous refusons le recours généralisé à des contractuels, nous sommes attachés au statut de fonctionnaire d’État, car tout autre évolution remet en cause l’idée républicaine d’égalité de traitement.

4/ Concours :

Nous sommes attachés au recrutement par concours qui est le garant de l’égalité de traitement des candidats et du haut niveau de maitrise disciplinaire et pédagogique des enseignants. Nous les considérons comme de véritables ingénieurs de la transmission des savoirs.
Dans ce cadre nous défendons les concours existant y compris l’agrégation. Mais nous militons pour de nouveaux concours, (documentalistes, informatique) afin de faire face au nouveaux besoins d’enseignements, et de permettre des évolutions de carrière.

5/ Obligations de service :

Non, nous sommes défavorables à la deuxième ains qu’à la première heure supplémentaire obligatoire. Il faut recruter des enseignants plutôt que d’augmenter les obligations de service.
Nous défendons l’augmentation de la rémunération sans contrepartie (contrairement à ce que fait ce que fait Michel Blanquer).

En 1980, un enseignant touchait en début de carrière l’équivalent de 2 SMIC, ce n’est plus aujourd’hui qu’1,2 SMIC.

6/ La dimension européenne de l’enseignement :

Nous sommes attachés à la dimension européenne de l’enseignement. Elle doit particulièrement s’attacher à enseigner les langues à nos jeunes. La place des langues vivantes a beaucoup diminué suite aux contre-réformes de Najat Vallaud-Belkacem et de Michel Blanquer. Nous souhaitons que soient garanties au moins deux heures d’enseignement par semaine, afin de permettre un fréquence optimale d’apprentissage. Par ailleurs, nous sommes très attachés à la diversité des langues au lycée (allemand, italien, chinois, arabe, russe, portugais, notamment menacées par les dernières réformes).

7/ Sciences et mathématiques :

Non, la contre-réforme Blanquer a une finalité exclusivement comptable. Il s’agit de diminuer les heures d’enseignement, attachés à la transmission d’une culture commune riche et diversifiée dont la composante science est centrale.

8/ Héritage humaniste européen :

L’insoumission est un nouvel humanisme. La finalité de notre projet éducatif, est de former l’esprit critique et créatif. À cette fin, nous développerons les enseignement artistiques et garantirons la place des langues anciennes, mises à mal par les dernières contre-réformes.

9/ La place du français :

Non, et pour les autres raisons évoquées plus haut nous sommes favorables à l’abrogation de la réforme.

10/ École et collège :

Nos députés se sont battus contre. Au-delà de la fusion administrative déjà inacceptable en soi, cela conduira à la fermeture de certaines écoles, et aggravera la désertification des zones rurales et des quartiers populaires, alors que depuis 10 ans une école par jour a déjà fermé.

Question 1 : Rôle des universités en tant que moteurs de l’innovation et du développement de la
culture

Q : Les universités sont au cœur du triangle de la connaissance formé par la recherche, l’enseignement et l’innovation. Auparavant, la Commission européenne considérait les universités principalement comme des établissements d’enseignement. Cela a commencé à changer en 2018 et on assiste à une coopération et une communication renforcée entre les Directions de l’UE, par exemple sur les réseaux des “universités européennes” et par le développement de davantage de synergies entre l’enseignement et la recherche dans le domaine des fonds structurels de l’UE. Comment les universités pourraient-elles être mieux représentées dans les structures politiques et organisationnelles de la Commission ?

R : Nous ne partageons pas la vision d’un « triangle de la connaissance » qui n’inclurait pas comme pôle constitutif la diffusion des savoirs dans la cité (au-delà donc du seul cadre de l’enseignement) et la construction d’une culture scientifique critique. Néanmoins nous rejoignons votre point de vue sur le fait que les universités doivent être prises en compte pour l’intégralité de leurs missions, et que cela passe par une meilleure association entre ces missions y compris dans l’esprit des fonctionnaires et responsables politiques européens. La solution qu’esquisse votre question, toutefois, ne saurait nous convenir si vous entendez par là qu’il faudrait assurer une représentation institutionnelle spécifique des universités ou une sorte de lobby universitaire officiel – ne serait-ce que parce que nous devrions être échaudés par les controverses quant au rôle joué par les président·e·s d’universités lorsqu’ils assument cette fonction de représentation officielle dans les cadres nationaux. En réalité, la question de la réduction des universités à des prestataires de formations professionnalisantes dans l’esprit des décideurs à Bruxelles n’est pas séparable du tropisme ordolibéral et adéquationniste de l’UE, et les synergies entre enseignement et
recherche, si elles se font sur cette même base, ne feront qu’aggraver les choses. Nous proposons donc de prendre le problème dans l’autre sens en assurant une implication citoyenne directe ainsi qu’une transparence et une ouverture accrues des débats sur la politique d’enseignement supérieur et de recherche en Europe : ce sont d’abord les citoyens qu’il faut davantage représenter dans les structures politiques et organisationnelles de la Commission. Nous faisons le pari que c’est seulement en agissant ainsi que l’on peut envisager de dégager la Commission de sa gangue technocratique, ordolibérale et adéquationniste, pour remettre la politique européenne sur la voie de l’intérêt général. Dans ces conditions, il deviendra également plus facile de se faire entendre pour les universitaires (davantage que pour les universités représentées par les présidents) mais aussi pour les étudiants, les chercheurs et les citoyens soucieux de ces questions. Une des pistes que nous proposons, reprise du mouvement des sciences citoyennes, est la création de conseils consultatifs associant citoyens, chercheurs et enseignants(-chercheurs) à tous les
niveaux. Les universitaires y auraient toute leur place.

Question 2 : Encourager la coopération à plusieurs niveaux dans les politiques des universités

Q : Suite au discours de la Sorbonne du président Macron et conformément au Conseil européen de
Göteborg en 2017, la Commission européenne a proclamé l’Espace européen de l’éducation. L’éducation en général est du ressort des États membres. À la lumière de l’exemple de la mise en œuvre des «universités européennes», comment , selon vous, renforcer les collaborations entre l’UE, les États membres et les régions ?

R : Nous pensons que les « proclamations » successives de divers « Espaces Européens » (de l’Education, de l’Enseignement Supérieur…) plus ou moins articulés ne sont pas une voie permettant de construire une Europe des citoyens tournée vers l’intérêt général, au sein de laquelle les universités auraient un rôle éminent à jouer pour porter un programme ambitieux de production, de critique et de diffusion des connaissances scientifiques et techniques. Le processus de Bologne, à cet égard, nous paraît être un échec, du moins du point de vue de l’intérêt général, puisque comme nous l’avons montré à la faveur de notre contre-manifestation de mai 2018, il s’agit assurément d’un succès du point de vue de la caporalisation et de la marchandisation des formations supérieures.

De façon générale, la mise en place de coopérations renforcées, et notamment celle de cursus intégrés, doit assurément pouvoir se faire selon des modalités différenciées (allant du cursus unifié à une simple convention de reconnaissance réciproque des modules d’enseignement) pour respecter les temporalités propres et les conditions d’organisation des différents établissements associés. Néanmoins, il importe de souligner que le sur-mesure ne doit pas non plus servir de levier pour accélérer la différenciation des paysages universitaires ou remettre en cause les droits sociaux des étudiants et des personnels. Il est donc nécessaire de faire encadrer ces coopérations renforcer par une directive instaurant une clause de faveur générale, prévoyant par exemple que les frais d’inscription d’un cursus commun à plusieurs universités seront indexés sur ceux pratiqués par l’établissement le moins onéreux. De même, la convergence des statuts des personnels, évoquée dans certains documents de travail de l’UE ou d’Etats-membres ces derniers mois, ne doit pas pouvoir se faire autrement que dans le sens d’un alignement systématique vers le haut.

Les coopérations entre établissements, mais aussi entre Etats désireux d’aller plus loin dans la
convergence des systèmes, doivent se faire sur la base du volontariat et faire l’objet d’un accompagnement et de moyens supplémentaires conséquents par une ou plusieurs agences bi- ou
plurinationales dédiées. À cet égard, les dispositifs d’accompagnement expérimentés dans le cadre de l’Université franco-allemande, fragilisée récemment par des coupes budgétaires, sont intéressants. On pourrait également citer le dispositif existant des « partenariats stratégiques », qui présente la souplesse nécessaire et a permis l’éclosion de beaux projets de coopération. Ce dispositif doit donc faire l’objet de moyens supplémentaires conséquents.

Question 3 : Part du budget de l’UE pour la recherche, l’innovation et l’éducation

Q : En 2018, le Parlement européen a appelé à un budget plus élevé de 120 milliards d’euros pour le
programme-cadre de recherche et d’innovation de l’UE (à prix constants) ainsi qu’un budget plus élevé de 41 milliards d’euros (à prix constants) pour le budget Erasmus +. Compte tenu de la révision prochaine du cadre financier pluriannuel (CFP), êtes-vous attaché à l’objectif de sécuriser ces budgets pour la recherche et l’innovation ainsi que pour l’éducation et la mobilité afin de garantir la compétitivité de l’Europe ?

R : La France Insoumise a toujours dénoncé le manque de moyens alloués à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, et le non-respect des objectifs fixés en termes de pourcentage du PIB dévolus à ces domaines. Cette position de principe vaut également à l’échelon européen. Néanmoins, pour nous l’objectif n’est pas de « garantir » la mystérieuse « compétitivité de l’Europe », qui nous semble caractéristique des usages abusifs du concept économique de compétitivité dans le discours public. Notre objectif est de garantir un niveau maximal de qualification pour les travailleurs du continent, qui est aussi un niveau maximal de formation pour les citoyens ; l’enjeu, en effet, n’est pas « seulement » économique et industriel, il est aussi social, environnemental et démocratique, à l’heure où une expertise scientifique réelle ou supposée est de plus en plus utilisée par certains gouvernants peu soucieux d’esprit critique pour étouffer le débat démocratique sur les choix cruciaux qui nous attendent dans un contexte de transition économique et écologique. À cet égard, la répartition des masses budgétaires et les critères d’allocations sont tout aussi importants que les montants globaux : nous n’entendons pas être vigilants seulement sur les « moyens », mais aussi sur les fins.

Question 4 : Normes minimales d’autonomie de l’enseignement supérieur

Q : Considérant les débats sur l’université d’Europe centrale en Hongrie et le traitement des universités en Turquie : les universités européennes devraient-elles jouir d’un niveau minimum d’autonomie dans l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur et de l’Espace Européen de la Recherche. Comment définiriez-vous ce que pourrait être ce niveau minimum ?

R : Cette question est grave et importante, car elle met en jeu la perversion récente de la notion
d’autonomie du champ universitaire par la sphère managériale. Nous ajouterons donc à la liste des cas préoccupants celui de la Pologne, en ne perdant pas de vue que l’association de présidents d’universités est co-signataire de ce questionnaire – et nous lui apportons notre soutien dans sa défense des libertés académiques. Force est de constater que c’est le même gouvernement national-clérical polonais qui adopte une attitude menaçante envers certains chercheurs sur des sujets sensibles, notamment historiques, et qui met en œuvre une politique d’ « autonomie des établissements » calquée sur la LRU française.

C’est pourquoi il est crucial à nous yeux de réintroduire la distinction déjà opérée plus haut entre
universités et universitaires. Pour nous, l’autonomie managériale et financière des universités promue depuis 30 ans par les institutions internationales n’est nullement antithétique d’un tournant autoritaire de la part du champ gouvernemental et technocratique, bien au contraire. Cette autonomie en trompe‑l’oeil des universités assujettit les universitaires à un système de normes, et plus prosaïquement à des bailleurs de fonds (publics ou privés, industriels, politiques et demain peut-être militaires), dont les buts ne convergent ni nécessairement avec ceux de la science libre, ni avec l’intérêt général. « L’autonomie des universités » devient alors le faux-nez de l’hétéronomie des universitaires. Assurément, il est nécessaire de poser un certain nombre de normes minimales à faire respecter. Mais ces normes sont des normes statutaires. Il convient ainsi d’inscrire dans les textes européens le principe d’indépendance statutaire des personnels scientifiques, et d’affirmer que l’emploi stable et un financement public et récurrent non-révocable des établissements doivent être la norme. Si l’Union Européenne sait ouvrir des procédures de sanctions contre les gouvernements remettant en cause l’indépendance des Banques Centrales ou creusant trop la date, elle doit pouvoir ouvrir des procédures équivalentes contre les gouvernements diminuant les dotations pérennes des universités ou laissant s’effondrer les recrutements de personnels statutaires. A contrario, l’élévation du ratio de personnels sous un statut protecteur, ainsi que la hausse des dotations pérennes, peuvent et doivent être posées comme des objectifs politiques dans toute l’Europe, même si nous ne méconnaissons pas que cela impose une remise en cause frontale de toutes les politiques européennes d’enseignement supérieur de ces vingt à trente dernières années. La défense de l’autonomie de l’enseignement et de la recherche est à ce prix.

Question 5 : La mobilité dans l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur et encourager le sens
de la communauté en Europe

Q : Les structures de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur sont en place, mais elles doivent encore être affinées. Que peut-on faire pour faciliter davantage la mobilité des étudiants et des diplômés en Europe, en tenant également compte des aspects financiers qui peuvent empêcher des étudiants de participer ? Comment l’UE peut-elle aider les universités à continuer à promouvoir l’esprit de citoyenneté communautaire et européenne chez les jeunes générations, en particulier en période de crise d’identité du processus de coopération européenne ?

R : Votre question est juste, et apporte elle-même les premiers éléments de réponse dans son 
libellé : trop souvent, les dispositifs de mobilité sont inabordables pour les étudiants modestes. L’augmentation massive des bourses de mobilité est une condition sine qua non pour que le séjour Erasmus ne devienne pas un marqueur d’entre-soi de la jeune bourgeoisie libérale européenne, ce qui serait une formidable trahison des valeurs affichées par ce programme. La mise en place d’une allocation d’autonomie pour les jeunes en formation figurait à notre programme en 2017, et nous avons réaffirmé en mai 2018, lors de notre journée de travail sur l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur à l’Assemblée Nationale, que la mise en place d’une allocation de formation et d’autonomie était un objectif politique pertinent à l’échelle internationale. Nous continuerons donc à porter cette exigence. Compte tenu du rôle éminent des régions dans les dispositifs de bourse déjà existants, celles-ci devront être étroitement associées aux
négociations du cadre financier pluriannuel de l’Union sur ces questions, afin d’organiser une montée en charge conjointe des dispositifs de soutien.

Au-delà de la question des moyens, il est indispensable de porter haut le combat pour le plurilinguisme en Europe, qui ne se réduit pas au tout-anglais, sauf à vouloir dissoudre dans l’Union toute diversité culturelle, linguistique et historique ravalée au rang de folklore. Cela passe par un engagement vigoureux pour le développement des cursus plurilingues et des formations linguistiques dans toutes les langues des pays de l’Union. Ces formations, en s’ouvrant aux aspects culturels, loin de l’adéquationnisme superficiel du tout-communication, nous semblent justement de nature à renforcer ce que vous appelez l’esprit de citoyenneté communautaire et européenne, et que l’on pourrait aussi bien nommer le cosmopolitisme, et la conscience de la bigarrure culturelle de l’Europe.

Question 6 : Collaboration en matière d’éducation et de recherche avec des pays non européens

Q : La recherche est un effort non seulement européen, mais mondial. Comment l’UE peut-elle aider à maintenir la coopération euro-européenne en matière de recherche et la mobilité transfrontalière des étudiants et des chercheurs ouverts et flexibles pour faire de l’UE la puissance scientifique mondiale en concurrence avec les États-Unis et la Chine et en préservant les liens avec l’enseignement et la recherche britanniques ?

R : Nous partageons votre préoccupation concernant la coopération universitaire avec les pays non-européens. À cet égard, il nous semble important de signaler que la vogue des frais d’inscription différenciés, illustrée en France par le sinistre projet cyniquement intitulé « Bienvenue en France », représente un obstacle majeur à toute politique scientifique internationaliste. Nous condamnons cette politique, et porterons cette opposition au sein du Parlement Européen, pour obtenir sa condamnation.

Au-delà de cela, il semble important de porter des projets de coopération scientifiques et universitaires intercontinentaux. Durant la campagne présidentielle, nous avions proposé la création et le financement d’un Erasmus + méditerranéen associant les pays des deux rives, mais aussi celle de nouvelles universités interdisciplinaires et internationales sur des sujets d’intérêt planétaire, comme les sciences et métiers de la mer. Ces propositions tiennent toujours, et le Parlement Européen est une enceinte privilégiée pour les défendre.

Concernant les pays-cibles, nous faisons le choix d’ouvrir la coopération universitaire européenne à tous, qu’il s’agisse de l’Asie ou de l’Afrique, de la Russie, de l’Amérique Latine ou de l’Anglosphère. Il sera nécessaire d’étudier posément le dossier britannique une fois que les excès et les désirs de punition ou de revanche de certains auront été congédiés. Le principal problème de coopération universitaire sera certainement celui des échanges étudiants et des coopérations entre cursus, du fait des frais d’inscription prohibitifs pratiqués outre-Manche. Une vigilance de tous les instants s’imposera sur ce sujet. Signalons également que l’Union devra engager une politique plus proactive dans ses relations universitaires avec le Brésil, où le gouvernement de Jair Bolsonaro menace les libertés académiques en s’en prenant au financement des universités et de certaines disciplines en particulier. La création de chaires universitaires européennes au Brésil, qui prendraient la suite des chaires françaises illustrées par exemple par Fernand Baudel et Claude Lévi-Strauss avant d’être sacrifiées sur l’autel de la rigueur budgétaire, serait à cet égard une mesure symbolique forte.

Question 7: sur les valeurs

Q : Partout dans le monde, des universités et des universitaires sont attaqués et éprouvent de plus en plus de difficultés à effectuer des recherches et à enseigner dans certains domaines en raison de pressions politiques. Les gens sont de plus en plus ciblés pour être des universitaires. Les étudiants et les chercheurs ont besoin d’institutions autonomes et de liberté pour penser et utiliser leurs connaissances sans craindre la persécution. La restriction de la liberté académique empêche les citoyens d’avoir accès au savoir et les décideurs d’agir sur la base de preuves solides. Le Parlement européen a activement attiré l’attention sur les atteintes à la liberté académique à la fois en Europe et au-delà. Que ferez-vous concrètement pour protéger la liberté académique et l’autonomie des universités en tant qu’institutions ? Quel rôle peut selon vous jouer l’université pour renforcer la cohésion sociale ?

R : Cette question rejoint des préoccupations déjà exprimées dans nos réponses aux précédentes
questions, et nous partageons votre préoccupation. Il nous semble important d’élever l’autonomie
statutaire des enseignants (universitaires ou non) et des chercheurs (universitaires ou non) au rang de principe fondamental européen. Le non-respect de ces principes est autrement plus grave que la violation des dogmes financiers que l’UE semble prendre beaucoup plus au sérieux, et cela doit cesser. Mais ces franchises, qui sont au coeur de l’identité des universités européennes depuis huit siècles, doivent être étendues aux étudiants, dont l’histoire des deux derniers siècles a montré qu’ils étaient souvent, en Europe, les premiers combattants de la liberté et contre l’oppression. Enfin, elles concernent aussi les universités comme lieux : les universités doivent redevenir des espaces où la liberté de conscience, d’expression et d’association est inconditionnée ; où toute personne acceptée comme étudiant par l’établissement est protégée par l’ensemble de la communauté, quels que soient son origine et son statut légal ; où les forces de l’ordre n’interviennent pas sans l’aval direct de la direction collégiale de l’établissement. Autant de principes régulièrement bafoués aujourd’hui en Europe, et que le Parlement Européen doit réaffirmer avec force, le cas échéant en plaçant sous sa protection solennelle les établissements et personnes faisant l’objet de menace, et en demandant des comptes à la Commission Européenne en cas d’impunité des gouvernements qui bafoueraient ainsi ces règles. Rappelons que les
libertés académiques, pour leur volet concernant la liberté de la recherche et l’indépendance des universitaires, ont le statut de principe fondamental du droit français, et qu’à ce titre il incombe aux europarlementaires français de se montrer exemplaires dans leur défense.

Cette indépendance et cette protection ne signifient pas que l’université doive se couper de la société comme un sanctuaire ; nous souhaitons au contraire le développement des cadres mixtes associant universitaires, scientifiques et citoyens afin de permettre de meilleurs allers-retours entre le débat public et le monde de la science. Cela nous semble indispensable pour prémunir l’université de l’autre menace autoritaire qui la guette, qui prendrait la forme d’une alliance de certains secteurs du champ scientifique avec la sphère technocratique et managériale pour imposer des agendas politiques sur la base d’une expertise scientifique et technique plus ou moins extorquée. Les vicissitudes de l’économie politique en France n’en sont qu’un exemple : toute une partie du discours ordolibéral, y compris de la part des derniers gouvernements français, relève de ce fantasme, dont l’esprit critique caractéristique de la démarche scientifique serait l’une des premières victimes – l’autre étant le débat public. Il nous semble important de rappeler qu’en tous lieux et en tous temps, la démarche scientifique de l’université doit inclure des espaces d’ouverture et de dissensus. La liberté universitaire est d’abord la liberté du désaccord – c’est pour cette raison qu’à nos yeux, la défense de la liberté universitaire ne peut qu’aller de pair avec celle de la liberté politique.