En ouverture de la convention du Lille, la France insoumise a adopté son programme, l’Avenir en commun Plus de 77 000 insoumis·es ont approuvé le contenu de cette version consolidée du programme. Elle est issue d’un processus collectif d’enrichissement de l’Humain d’abord. Débuté en février, il a permis de rassembler 3 000 contributions et d’intégrer les apports des auditions programmatiques réalisées auprès d’universitaires, de syndicalistes et de représentant·e·s des forces politiques membres de la France insoumise.

Mais l’implication du plus grand nombre dans l’élaboration de la campagne de la France insoumise ne s’arrête pas là ! La convention, qui a eu lieu les 15 et 16 octobre à Lille a sélectionné les dix mesures les plus emblématiques de l’Avenir en commun. Pour toutes les insoumis·es présent·e·s à Lille mais aussi à distance via un formulaire en ligne, il s’agissait de sélectionner dix mesures parmi les 357 que contient l’Avenir en commun. Pour aider à la lisibilité de cette consultation, 60 mesures avaient été présélectionnées par l’équipe du programme mais il était possible d’ajouter toute mesure du programme.

Chacun a ainsi pu se mettre dans la situation où un·e de ses ami·e·s, voisin·e·s ou collègues donne cinq minutes pour présenter le programme de la France Insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon. Lors d’un « vote éclair » entre le samedi 14h et le dimanche 9h, c’est avec 10 votes par minute que la France Insoumise s’est dotée de ses dix mesures emblématiques :

Faire face à l’urgence démocratique :

  • Référendum pour engager le processus constituant.
  • Droit de révoquer un·e élu·e.
  • Protection des biens communs : l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises.

Faire face à l’urgence sociale :

  • Abroger la loi El Khomri, rétablir la hiérarchie des normes sociales et le principe de faveur.
  • Séparation des banques d’affaire et de détail et création d’un pôle public bancaire.
  • Smic net mensuel porté à plus de 1300€ net par mois (hausse immédiate de 16 %) et revalorisation du salaire des fonctionnaires.

Faire face à l’urgence écologique :

  • Règle verte : ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer, ni produire plus que ce qu’elle peut supporter.
  • Plan de transition énergétique vers les énergies renouvelables par la sortie du nucléaire.

Faire face à l’urgence internationale :

  • Refuser les traités de libre-échange : le traité transatlantique TAFTA entre l’UE et les États-Unis, CETA avec le Canada et le traité TISA de libéralisation des services.
  • Plan A : Proposer une refondation démocratique, sociale et écologique des traités européens par la négociation / Appliquer un « plan B » en cas d’échec des négociations.

Ces mesures vont faire l’objet dans les prochaines semaines d’argumentaires pour permettre de les faire connaître au plus grand nombre et de convaincre de rejoindre le mouvement de la France insoumise !

Boris et Clémence,

secrétaires du travail programmatique